"Essoufflée depuis quelque temps, souvent je rate une marche, me prend les pieds dans le tapis, lâche le verre sensé tenir entre mes doigts, ma langue fourche, je ne compte plus les bleus sur les côtés du corps. mon cerveau verse sournoisement en anarchie." Nathalie Desmarest, chorégraphe.

    Sans doute me fallut-il être en état d'arrêt pour faire l'état des lieux, revisiter les choses, faire le point sur l'Essentiel. Il faut y voir un coup du sort ? Se retrouver ainsi replongée dans la danse, après tant d'arrêts ou encore d'hésitations. Quel bonheur de pouvoir revivre des moments de danse, avec celle qui désormais interrompt son temps de retraite pour quelques heures artistiques, consacrées à la transmission de ce qui pour le danseur, fait l'essentiel.

    j'ai sans relâche travaillé le théâtre et la danse, durant quelques années. Aujourd'hui je réalise à quel point ces heures de travail ont été déterminantes, parfois difficiles, mais toujours essentielles. Aujourd'hui ce travail m'appelle à nouveau, qui n'est pas définitif, touours à accomplir. C'est à travers lui qu'avant je puisais mes forces pour enseigner. Aujourd'hui, je me retrouve sans force et sans désir devant mes classes, j'ai fréquenté l'épuisement, auparavant frôlé la mort. 

   Je ne sais plus comment faire face à des publics que la culture indiffère, j'ai sombré devant ma classe de littéraires, qui n'éprouvent ni désir de lecture, ni désir d'écriture, tant ma représentation se tenait éloignée de la réalité des choses. Contre l'avis du docteur, je reprends le travail, sans conviction, sans aucune certitude, juste celle que j'ai pu recueillir au cours du repos, de la danse et des échanges. La certitude que la maladresse, loin d'être un oripeau de l'humain, en constitue même l'essentiel, ce qui le différencie de la machine, ce qui le rend fragile et accessible. 

   Je vais me faire confiance, il le faut. Je sais encourager et porter les forces jusqu'à destination. Pour cela je dois retrouver la Foi en mes capacités, la Foi en la transmission des choses. Retrouver une liberté, une sagesse, une pointe de philosophie ... quand même ...

   Il y a la maladresse, celle qui rend humain et accessible, celle qui rend beau. Celle qui fait devenir, et encourage les autres. Un  acte de Foi. Retrouver la force des mots qui vont à l'essentiel, sans travestir aucun. Sans apparat. La Présence.